French

Women For Change Cohort 1 and 2

Le présent document est le fruit de la consultation relative à l’évaluation finale du projet Women For Change à Guéyo (Cohorte 1). Ce projet, intervenant dans un contexte où les femmes dans les communauté de la Côte d’Ivoire sont confrontées à des disparités basées sur des croyances sociales et des structures de pouvoir qui sous-estiment leur valeur dans la société et dans ce cas précis, leur contribution à l’agriculture, vise à autonomiser les femmes productrices de cacao et les femmes vivant dans les ménages de cacaoculteurs pour qu'elles participent davantage au développement
communautaire et à la prise de décision sur la gestion des entreprises et des moyens de subsistance des cacaoculteurs à travers 3 piliers : (i) Accès au leadership et à la formation sur les compétences de vie courante (lifeskills) ; (ii) L’engagement des hommes et des garçons, engagement pour l'égalité des sexes, y compris le dialogue des couples ; (iii) L'apprentissage et la recherche pour démontrer le lien entre la productivité et l’autonomisation des femmes.
L’objectif de l’évaluation finale est de démontrer de façon significative l'impact du programme qui devra conserver la spécificité du contexte et des significations culturelles du changement de comportement des femmes et des hommes. Read More...

Evaluation Initiale du projet de renforcement de la résilience des communautés les plus vulnérables par l’intermédiaire d’actions de réduction de risques de catastrophes inclusives à Madagascar

Du fait de sa situation géographique dans le sud-ouest de l'océan Indien, Madagascar est le deuxième pays d'Afrique le plus exposé à de multiples risques de catastrophe. Entre 2000 et 2017, Madagascar a enregistré 19 catastrophes majeures déclenchées par l'environnement nécessitant une assistance internationale, ce qui le place bien devant tout autre pays en Afrique australe au cours de la même période. Parmi les divers aléas auxquels le pays est exposé, les tempêtes tropicales et les inondations sont ceux qui causent le plus de dommages socio-économiques et de pertes de vies humaines.
Les districts de Mahajanga I, Mahajanga II et Marovoay qui sont localisés sur la côte Ouest Malgache font partie des districts à risques en cas de catastrophes naturelles en particulier les cyclones et les inondations. Compte tenu de l’historique et de la probabilité que d’autres catastrophes naturelles se produisent au niveau de la zone dans le futur, CARE avec le financement d’ECHO met en oeuvre un projet d’amélioration de la résilience des populations et des institutions pour faire face aux risques de catastrophes d’une durée de 21 mois dans la Région Boeny sur la côte ouest de Madagascar.
A cet effet, CARE a procédé à un appel à consultance pour la réalisation d’une évaluation de référence incluant une enquête sur les connaissances, attitudes et pratiques des communautés cibles du projet qui utilisera des méthodes qualitatives et quantitatives et dont le but est de collecter des données de référence qui aideront éventuellement les parties prenantes du projet à tirer des conclusions rigoureuses sur la performance du projet (pertinence, efficience, efficacité, impact, durabilité) à la fin du projet. Read More...

Fonds Regionaux de Developpement Agricole – ASARA

Le Projet intitulé « Opérationnalisation du Fonds Régional de Développement Agricole dans la région
Anosy », a démarré début janvier 2014 pour une durée initialement prévue de 42 mois. Le projet a
été prolongé par voie d’avenant sur 6 mois, soit jusqu’au 5 janvier 2018. Le projet est mis en oeuvre
par CARE International à Madagascar qui intervient dans la Région Anosy depuis 1995, sur des
actions liées au développement agricole et rural (22 projets réalisés). L’Action s’inscrit dans la continuité de l’appui apporté par CARE à la mise en place FDAR entre 2009 et 2011. CARE a été opérateur du projet FDAR pilote dans la Région Anosy, avec l’appui de la Délégation de l’Union Européenne à Madagascar (DUE), et du projet Appui au Renforcement des Organisations Professionnelles et des services Agricoles (AROPA) financé par le Fonds International pour le Développement Agricole (FIDA).

L’Action vise à opérationnaliser le FDAR de la Région Anosy, pour soutenir l’accès des Exploitations Agricoles Familiales (EAF) aux services. Au sein du projet ASARA, l’Action est connectée à un appui à amélioration de la couverture des services d’épargne et de crédit (lot 1) et d’actions qui permettront de structurer les filières et l’économie agricole régionale (lot 3). L’Action s’intègre dans une logique de partenariat avec les attributaires de ces lots. Read More...

PROGRAMME EUROPÉEN DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET NUTRITIONNELLE ASARA

L’Union Européenne finance les Programmes ASARA (Amélioration de la Sécurité Alimentaire et Augmentation des Revenus Agricoles) et AINA (Actions Intégrées en Nutrition et Alimentation) dans le cadre de son initiative visant à accélérer l’atteinte de l’Objectif du Millénaire pour le Développement (OMD) 1c, « réduire de moitié, d’ici 2015, la proportion de la population vivant dans l’extrême pauvreté et souffrant de la faim ».

ASARA et AINA pilotés respectivement par l'USCP (Unité de Suivi et de Coordination du Projet) et la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) visent la réduction de l’insécurité alimentaire des familles vulnérables dans les zones ciblées. Le programme AINA vise en plus l’amélioration de la sécurité nutritionnelle de ces familles. Les Régions Androy, Anosy et Atsimo Atsinanana sont des zones communes aux deux programmes si AINA intervient également dans les Régions Amoron’i Mania, Vatovavy Fitovinany et ASARA dans le District de Fort-Dauphin. Read More...

Evaluation finale du Projet FARIMBOGNA

Une situation géographique « inadéquate » au sein du bassin cyclonique Sud-Ouest Océan Indien place le pays sur une sorte de « route des cyclones ». Près du tiers des cyclones prennent naissance au niveau de l’Océan Indien et évoluent grosso modo sur une trajectoire Est Ouest, avec de multiples variantes (en Termes de sinuosité des trajectoires). Cet ensemble fait de la Région Atsinanana, une porte d’entrée privilégiée des cyclones issus de l’Est. Et les prévisions assez pessimistes des perturbations climatiques ne semblent pas arranger la situation dans l’avenir. Une violence plus accrue des cyclones et des inondations est à craindre pour les décennies à venir. C’est pour cette raison que trois districts de la Région Atsinanana ont été choisis comme terrain de mise en œuvre du projet Farimbogna, avec un objectif de renforcement de la résilience des communautés les plus vulnérables par l’intermédiaire d’actions de réduction de risques de catastrophes inclusives. La mise en œuvre des activités a pu se faire grâce au soutien de l’Union Européenne. Read More...

Mémoire de Fin d’études pour l’Obtention du Diplôme de Master Professionnel en Pastoralisme

La présente étude menée en zone pastorale dans les communes de Bermo et Gadabédji vise à analyser la dynamique organisationnelle des femmes en zone pastorale et de caractériser le rôle que peuvent jouer les groupements féminins dans la prise de décision et l’entrepreneuriat pour ces femmes. Une enquête a été réalisée auprès de 146 femmes membres de groupements féminins à travers des questionnaires individuels mais aussi auprès des femmes non membres (53) et des hommes pour avoir leurs perceptions. Il ressort que 97,3% des femmes membres de groupements féminins interrogés ont affirmé que la pratique d’activités génératrices de revenus (AGR) a amélioré leur relation au sein du ménage et 43,2% ont détecté le renforcement de leur participation aux prises de décisions dans le ménage. 61% des femmes membres de groupements féminins ont affirmé avoir adhéré au groupement pour financer une AGR et 51,4% ont dit que leur adhésion a été motivée par imitation. Il résulte ainsi que les motivations sociales et économiques constituent le pivot de la participation des femmes aux groupements féminins. Les caisses des groupements constituent également un rempart en cas d’urgence ou de crise même pour les non membres. Cette importance reconnue aux groupements de femmes fait qu’ils sont socialement acceptés par toutes les couches. Read More...

Tufaidike Wote

Le but global du projet a été de renforcer la stabilité socio-économiques des populations dans les communautés à travers la promotion des mécanismes de gestion et prévention des conflits, de bonne gouvernance et les moyens de subsistances avec un accent particulier sur le statut de la femme. Le but de cette évaluation a été de mieux comprendre les stratégies qui ont bien marché et les changements produits au cours de l’exécution du projet ‘Tufaidike Wote’ afin de mieux informer la programmation d’un tel projet dans le futur. De manière spécifique, l’évaluation a voulu déterminer dans quelle mesure le projet a eu un impact, notamment en ce qui concerne la dynamique sociale et la dynamique économique et évaluer dans quelles conditions et contextes et pourquoi ces changements ont eu lieu. Elle a voulu aussi analyser la mise en œuvre de la stratégie à réponse rapide par le mécanisme de fonds flexible, si oui ou non elle a contribué à la cohésion sociale dans les communautés à potentiel conflictuel. Read More...

Projet d’Appui à l’Accès aux Services Sociaux de Base des Communautés Villageoises Productrice de Cacao des Départements de Daloa et San-Pédro ou « Projet Cargill »

Le « projet d’appui à l’accès aux services sociaux de base des communautés villageoises productrice de cacao des départements de Daloa et San-Pédro» ou « Projet Cargill » est exécuté sur une période de 2 ans par CARE. Il a pour objectif d’améliorer les conditions de vie des planteurs de 10 localités se trouvant dans les zones d’intervention des 2 premières coopératives agricoles certifiées UTZ que sont : COOPAGA (à San-pédro) et CAFD (à Daloa). A l’issu de l’évaluation finale externe reposant sur une approche mixte (qualitative et quantitative) la pertinence, la cohérence, l’efficacité, l’efficience et la durabilité du projet ont été appréciées. [69 pages]
Read More...

Projet de Résilience Inclusive et Durable des Agriculteurs et Pasteurs du Mali (RIDAP)

Le secteur de l’agriculture et l’élevage est fortement fragmenté, prédominé par l'agriculture de subsistance et l’élevage extensif itinérant. Selon le dernier recensement agricole de 2004, le Mali compte environ 800.000 fermes qui emploient 8,9 millions de personnes. La plupart sont des petites exploitations. Soixante-huit % des producteurs travaillent sur des exploitations inférieures à 5 hectares (ha), tandis que 18 % disposent de 5 à 10 hectares de terres, mais manquent de matériel indispensable à leur activité. L’effectif du cheptel est estimé à 11 419 900 bovins, 17 400 000 ovins, 24 023 800 caprins, 561 500 équins, 1 099 900 asins et 1 192 900 camelins selon la DNPIA en 2017 avec un PIB au prix curant pour l’élevage et la pêche estimé à 1 214 milliards de F CFA contre 3 412 milliards pour tous le secteur primaire. En outre, une grande partie du réseau de pistes rurales qui permet l'accès au bassin de production agricole, n'est pas praticable pendant la saison des pluies, ce qui empêche les producteurs d'accéder aux marchés urbains et d'exportation. Ce qui fait que les exploitations agricoles familiales restent en marge des opportunités de croissance. Derrière cette absence d'intégration des exploitations agricoles familiales au détriment d'une plus grande productivité - chaines de valeur créatrices et génératrices de valeur (notamment à travers la transformation de produits), se cache également un faible niveau d'organisation et de capacité des marchés. Ces conditions n’existent pas seulement au sein des marchés, où les plus grands opérateurs sont souvent absents, mais également au sein des organisations interprofessionnelles, coopératives et autres groupes professionnels. [54 pages] Read More...

Evaluation d’Impact du Projet D’Etablissement des Cultures Vivrières

La présente évaluation commanditée par CGOZA, se rapporte à l’établissement des cultures vivrières en zone sahélienne et soudano sahélienne au Mali. Dans le cadre de la mise en œuvre des activités de recherche/action de technologies éprouvées relatives à l’établissement des cultures, l’Institut d’Economie Rural et le Groupe de Coordination des Zones Arides, ont mené des actions de Recherche/Développement auprès des producteurs de cultures vivrières des régions de Koulikoro, Ségou et Mopti. Certaines ONG membres de GCOZA Mali ont bénéficié des financements auprès de NORAD pour mener la mise en œuvre d’une phase de diffusion. Read More...

Filter Evaluations

Clear all