Côte D'Ivoire

EVALUATION A MI-PARCOURS DU PROJET « PROSPER I »

Le projet évalué a pour objectif de contribuer au développement durable des communautés productrices de cacao, à travers une approche communautaire, qui repose sur trois piliers essentiels à savoir : i) le renforcement des capacités locales de développement et la mise en place/ œuvre des Plans d’Action Communautaire (PAC) ; ii) la diversification des revenus et iii) la nutrition et l’assainissement du cadre de vie. Pour atteindre ces objectifs, la stratégie élaborée repose sur les trois piliers du projet qui sont : Le processus de planification communautaire a démarré avec les Diagnostics participatifs (DP) qui ont pris en compte la priorisation des actions de développement dans les communautés participantes. Les DP ont abouti à la mise en place des Comités de développement communautaire (CDCOM) qui se sont chargés, avec l'appui de l'équipe projet, d'élaborer les Plans d'Action Communautaire (PAC). Les comités sont composés de quinze (15) membres dont l’organe de gestion (président, secrétaire en charge du suivi évaluation, trésorier). Les autres membres ont en charge les principales thématiques du projet à savoir la nutrition et l’hygiène, la diversification culturale, la promotion du genre, les AVEC (Associations Villageoises d’Epargne et de Crédit).
Les CDCOM et les AVEC sont des canaux de renforcement de capacités des membres des communautés afin de contribuer ainsi au développement de leurs communautés respectives. Les bénéficiaires qui sont les membres de la communauté œuvrent pour leur autonomisation (sociale et économique) ainsi que pour le développement de leur localité. Ils sont composés d’hommes, de femmes, de jeunes hommes et de jeunes femmes. Les activités avec le CDCOM se résument en des formations sur la conduite de réunion, la gestion pacifique et la prévention des conflits, la mobilisation des ressources, la mobilisation communautaire, la mise en œuvre de leur plan d’action communautaire.
Cette évaluation a deux objectifs principaux : i) analyser les progrès réalisés par le projet en rapport avec ses objectifs et résultats cibles et ii) identifier les effets émergeant des activités du projet qui ont contribué positivement ou négativement aux conditions de vie des communautés productrices de cacao.
Read More...

Projet Cargill: ‹‹PROSPER: Thriving Cocoa Communities›› ETUDES DE BASE SUR LA SECURITE ALIMENTAIRE ET DES MOYENS DE SUBSISTANCE DES MENAGES, L’AUTONOMISATION DE LA FEMME, LA NUTRITION ET L’HYGIENE

Le présent document est le fruit de la consultation relative à l’Enquête de base du projet PROSPER mis en œuvre par CARE International Côte d’Ivoire dans 10 communautés sous le financement de CARGILL.
Le projet vise à contribuer au développement durable de dix(10) communautés productrices de cacao, à travers une approche communautaire, qui repose sur quatre (04) piliers essentiels à savoir : (i) le renforcement des capacités de développement local, (ii) la mise en œuvre de Plan de développement Communautaire ; (iii) la diversification des revenus et (iv) la nutrition et assainissement du cadre de vie.
Cette initiative est déroulée, en étroite collaboration, avec neuf (09) coopératives partenaires commerciaux de Cargill WA à savoir : COASI (Soubré), COOPAAPROMAN (Agnibilekro), CPB (Gagnoa), CPSL (Sassandra), ETC (Taabo), SOCABB (Divo), SOCEDA (San Pedro), SOCOOPENHA (Tabou) et SOUHONTA-KAKO (Grand-Bereby).
Avant la mise en œuvre de ce projet, il est nécessaire de disposer de données de base sur la situation actuelle des ménages dans les communautés sélectionnées avant l’intervention du projet afin d’en évaluer la progression et l’efficacité avant et après la mise en œuvre.
L’objectif principal de l'enquête de base est de déterminer la situation actuelle des ménages dans les communautés sélectionnées avant l'intervention du projet afin que puissent être mesurés les changements intervenus après trois (03) années de mise en œuvre, en utilisant la même approche. L'impact du projet doit conserver la spécificité du contexte et des significations culturelles du changement de comportement des femmes et des hommes.
Read More...

Enquête Trimestrielle pour le Rapportage du Plan de Mesure de Performance Projets “OLAM VSLA” & “TOUTON VSLA”

Dans le cadre de cette enquête trimestrielle, la méthode d’échantillonnage utilisée est le sondage aléatoire systématique stratifié au premier degré. La taille de l'échantillon de l'enquête trimestrielle des projets OLAM VSLA et TOUTON VSLA a été calculée et s’établit à 339 membres de VSLA. [7 pages] Read More...

COCOA SUSTAINABILITY INITIATIVE II (CSI II)

CARE International et Cargill WA ont noué un partenariat stratégique pour la mise en oeuvre de projets de développement en faveur des producteurs de cacao et de leurs communautés. A cet effet, depuis 2010, CARE bénéficie du soutien financier de Cargill. Dans la continuité de ce partenariat, en Septembre 2017, General Mills a conclu un partenariat avec CARE, pour la mise en oeuvre du projet Cocoa Sustainability Initiative II (CSI II) et cela, jusqu’en fin Août 2020. En guise de préparation de la clôture du projet, CARE a commandité une évaluation finale, conduite par une Consultante, appuyée par une équipe technique de CARE Côte d’Ivoire, pour mesurer les progrès réalisés en rapport avec les objectifs et résultats cibles. Dans la perspective de répondre aux objectifs et résultats attendus de l’évaluation, une stratégie participative a été mise en oeuvre, ce qui a permis d’analyser et d’évaluer de manière qualitative et quantitative, l’ensemble des éléments caractéristiques du projet. Read More...

CASH AND VOUCHER ASSISTANCE IN RESPONSE TO THE COVID-19 PANDEMIC

In April 2020, CARE received a five million dollar grant from MARS to implement a multi-country program, including Cote d’Ivoire, Ecuador, Ghana, Guatemala, Haiti, Honduras, India, Peru, Thailand, and Venezuela1, with the aim of reducing the negative impacts of COVID-19 on vulnerable populations, especially women and girls, using complementary and multimodal approaches. A key activity of this program was the provision of cash and voucher assistance (CVA) to vulnerable populations to meet their diverse basic needs. Program data indicated that CVA was implemented in Cote d’Ivoire, Ecuador, Ghana, Guatemala, Haiti, Honduras, and Thailand. Monitoring data from different countries showed that CVA was unconditional; with cash modality representing 95% of transfers. Key targets populations for CVA activities vary by country and include: vulnerable households (Cote d’Ivoire, and Haiti); migrants and refugees (Honduras, Ecuador, and Thailand); domestic workers (Guatemala and Ecuador); survivors of GBV and other forms of violence against women (Guatemala and Ecuador); and lesbian, gay, bisexual, transgender, intersex, and queer/questioning (LGBTQI+) individuals (Ecuador). Across all projects (or countries), participants reported numerous uses of CVA including purchase foods stuff, payment of health services, hygiene services, rental/housing, savings and livelihoods activities.
Given the nature and scale of this program as well as its organizational commitment to learning, CARE was keen to understand the extent to which the project supported and protected vulnerable populations against the loss or disruption of their livelihoods in a gender sensitive manner. The study seeks to provide open-source learnings for peer
companies and agencies on how CVA was utilized in this program with two major questions: (i) How gender sensitive was the process for CARE’s CVA? (ii) How gender sensitive was the intended outcome of CARE’s CVA?
This documentation report compiles lessons from across the projects implemented in the targeted countries and draws from the diversity of their experiences to provide some recommendations on more gender sensitive CVA in the future. Read More...

RAPPORT DEFINITIF BASELINE PROSPER II Thriving Cocoa Community Cargill

Cette étude dont l’objectif était de déterminer la situation actuelle des ménages producteurs de cacao dans les treize (13) nouvelles communautés sélectionnées du Projet PROSPER II sur les quatre (04) axes d’intervention du projet : (i) la gouvernance communautaire ; (ii) l’inclusion financière et des compétences entrepreneuriales des femmes ; (iii) la diversification des sources de revenus des ménages agricoles incluant la nutriton ; (iv) les solutions alternatives communautaires au travail des enfants ; afin que puissent être mesurés les changements qui interviendront après les trois (03) prochaines années de mise en œuvre, en utilisant la même approche, a démontré que la situation actuelle desdits ménages n’est guère réluisante. C’est ce que l’analyse des résultats combinés aux sources sécondaires et primaires notamment la collecte de terrain et les discussions de groupe nous permet d’indiquer. [97 pages]. Read More...

Projet régional de Dialogue pour la Transhumance apaisée en Afrique de l’Ouest (PRODIATA)

Le Projet régional de Dialogue pour la Transhumance apaisée en Afrique de l’Ouest (PRODIATA) est mis en oeuvre pour opérationnaliser la composante 2 du Programme Régional de Dialogue et d'Investissement pour le Pastoralisme et la transhumance au Sahel et dans les pays côtiers d’Afrique de l’Ouest (PREDIP). Le PREDIP est conçu dans une approche régionale avec un objectif général de renforcer la contribution du pastoralisme et de la transhumance transfrontalière à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, au développement socioéconomique équitable et à l’intégration régionale en Afrique de l’Ouest.
PRODIATA a pour objectif général de contribuer à long terme à faciliter une transhumance transfrontalière apaisée et à améliorer la nutrition des populations côtières et pastorales. L’objectif spécifique du projet est d’impliquer les acteurs locaux, nationaux et régionaux de la transhumance transfrontalière dans le dialogue et la bonne gouvernance des ressources et des espaces agro-sylvo-pastoraux en réduisant les risques de conflits et en améliorant la sécurité alimentaire. De façon spécifique, le projet viser à impliquer les acteurs locaux, nationaux et régionaux de la transhumance transfrontalière dans le dialogue et la bonne gouvernance des
ressources et des espaces agro-sylvo-pastoraux pour une réduction des risques de conflits et l’amélioration de la sécurité alimentaire. Read More...

Learning from Youth in West Africa in COVID-19

In July 2020, volunteers from the West Africa CARE Youth Network decided to learn more about what young women and men are experiencing in COVID-19, and how that should shape CARE’s response and our advocacy interests. This team interviewed 128 young people between the ages of 15 and 35 in 8 countries. 86 of the young people (67%) were young women. Volunteers used Whatsapp messages, phone calls, and recorded interviews to let young people tell their own stories. With a few guiding questions, and using ONA as a platform to structure and analyze the responses, the team has been able to see regional trends and individual stories that must shape humanitarian response to COVID-19 and recovery efforts in way that include young people—especially young women, meet their needs, and value their voices and leadership.

Interviewers had a set of questions from CARE’s Rapid Gender Analysis toolkit, where they asked young people about the biggest impact COVID-19 has in their lives, their biggest need right now, how they are responding to COVID-19, and what are their hopes for the future. Listening to their answers, interviewers categorized the responses based on a pre-set list of options also from the RGA toolkit.
Read More...

Cote d’Ivoire Rapid Gender Analysis COVID-19 May 2020

Pour la Côte d’ivoire, le COVID-19 présente un éventail de défis contextuels dans plusieurs villages et quartiers précaires de la capitale économique avec une population ayant des ressources limitées. Dans la plupart des villes de la Côte d’ivoire, l'accès à des services de santé de qualité, y compris les soins intensifs, est limité. Les Maladies Non transmissibles (MNT), les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires aigües et chroniques et la malnutrition représentent la principale cause de mortalité prématurée dans le pays. En outre, la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance sont particulièrement précaires en raison des modes de vie de semi-subsistance et de la forte dépendance du secteur informel pour les revenus.
Une flambée de COVID-19 en Côte d’Ivoire pourrait affecter de manière disproportionnée les femmes et les filles de plusieurs manières, y compris des effets néfastes sur leur éducation, la sécurité alimentaire et la nutrition, la santé, les moyens de subsistance et la protection. Les femmes sont les principales dispensatrices de soins dans la famille et sont des intervenants clés de première ligne en matière de soins de santé, ce qui les expose à un risque accru et à une exposition à l'infection. Les besoins en matière de santé maternelle et sexuelle, en matière de reproduction se poursuivent en cas d'urgence, mais risquent de ne pas être prioritaires. Le COVID-19 risque d'augmenter la charge de travail des femmes avec la fermeture des écoles parce que les enfants resteront à la maison. De plus, il existe un risque d'augmentation de la violence familiale dans les régions où les taux préexistants de violence à l'égard des femmes sont déjà très élevés.
Les rôles et les normes de genre des hommes doivent être pris en compte afin de garantir que les hommes sont correctement ciblés pour aider à réduire leur vulnérabilité à la maladie et à tirer parti de leurs rôles de leaders et de décideurs au foyer et dans la
communauté pour aider à prévenir la propagation de la maladie. Read More...

West Africa COVID-19 RGA May 2020

As of mid-April 2020, the number of confirmed COVID-19 cases in Africa is relatively low. That said, there has only been limited testing in Africa, leading many experts to be concerned that Africa could still experience outbreaks on, or beyond, the scale experienced in other regions. Governments are imposing restrictions on movement to reduce the risk of potential outbreaks, and this is directly impacting the ability of humanitarian actors to provide necessary assistance. At the same time, some governments, notably the governments of Mali and Niger, are also expanding their safety nets to help people respond to COVID-19 and its impacts.
CARE’s Rapid Gender Analysis draws from CARE’s deep experience in the region, and from interviews with 266 people across 12 countries. It points to serious ongoing economic, health, and financial impacts that will be especially severe for women. It also paints a mixed picture of impact on women’s rights. Special concern is paid to encroaching limitations to women’s access to resources, as well as to their representation and participation in formal decision-making; increased incidents of gender-based violence. These worrying
observations are accompanied by hopeful examples of women leading the response to the COVID-19 crisis and finding ways to negotiate equitable relationships with men in their communities, as well as with their husbands/male partners at home. Read More...

Filter Evaluations

Clear all